Médecine

La filière médecine offre un large choix de voies, et mène à des métiers très divers et des possibilités d’exercice très variées.

Depuis quelques années, l’ensemble du cursus est sujet à de nombreuses réformes. Certaines ont été mises en place, d’autres sont en cours de réflexion et/ou de réalisation. Pour celles qui sont en cours de changement, les 2 systèmes sont présentés.

Les études sont composées de 3 cycles successifs :

1er cycle

2nd cycle

3eme cycle

1er CYCLE

Le premier cycle est composé de la PACES, la DFGSM2 (Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales 2 ou 2ème année) et la DFGSM3 (ou 3ème année).

– DFGSM2 : Elle est consacrée à l’apprentissage des sciences fondamentales (anatomopathologie, sémiologie, anatomie, etc.), évalué par des examens au fil de l’année.

Elle commence par un stage d’initiation aux soins infirmiers pendant 1 mois afin de se sensibiliser à l’hôpital, à son fonctionnement, au contact avec les patients, aux soins infirmiers et à la prévention des maladies nosocomiales.

Par la suite, à Grenoble elle se compose successivement de plusieurs matières (Ou UE) évalués au fil de l’année (Anatomo-pathologie générale – Biophysique – Imagerie – Pharmacologie générale, appareil locomoteur, endocrinologie, appareil digestif, appareil urinaire, neurologie, système immunitaire)

En plus des matières théoriques, un enseignement de sémiologie est réparti sur le 2nd semestre afin d’acquérir les bases de l’examen clinique auprès d’un médecin à l’hôpital.

-DFGSM3 : La troisième année est mixte entre la fin de l’apprentissage des sciences fondamentales et la pratique de stages d’apprentissage de la sémiologie clinique.

A Grenoble, le premier semestre est basé sur le même modèle que la 2ème année, avec de nouvelles matières (médecine légale, santé publique, cardiologie, pneumologie, infectiologie, cancérologie, hématologie, dermatologie).

Le second semestre débute par un service sanitaire, commun entre toutes les filières de santé, qui consiste à intervenir auprès d’établissements scolaires (collèges, lycées) en petits groupes afin de faire de la prévention après une formation commune courant janvier. C’est un programme qui débute en 2019, sa réalisation n’est donc qu’expérimentale à l’heure actuelle.

Par la suite, le rythme se cale sur celui de l’externat (de la 4ème à la 6ème année) avec une alternance de stages et l’étude de référentiels nationaux.

Cette description correspond au système actuel, cependant il est envisagé de changer complètement le système sélection de la PACES et par conséquent la 2ème et 3ème année.

Double cursus :

A l’entrée du 1er cycle, il y a possibilité de débuter un double cursus, qui s’adresse aux étudiants étant intéressés par la recherche ou qui ont tout simplement envie d’aller plus loin dans leurs études de médecine.

Il permet de valider un master 1 puis un master 2 qui mène à un doctorat d’université, ce qui donne par ensuite le statut de médecin chercheur.

Ce statut permet par la suite d’accéder au statut de MCU-PH (Maître de Conférence Universitaire – Praticien Hospitalier) et celui de PU -PH (Professeur des Universités – Praticien Hospitalier).

Le parcours se déroule sur l’ensemble du parcours de l’étudiant :

Au premier cycle : Validation d’un Master 1 précoce par validation de plusieurs UE entre la 2ème et la 3ème année, ainsi que la validation d’un stage de recherche de 4 à 8 semaines. C’est aussi l’année où l’étudiant peut postuler à diverses filières parallèles (INSERM, …)

Au 2nd ou au 3ème cycle : Validation d’un master 2 précoce (pendant l’externat) ou tardif (pendant l’internat). La validation se fait avec une année de césure prise pendant son parcours, scindée en 2 parties : une partie de cours suivie dans une faculté de France et une partie de stage en laboratoire de 6 mois en France ou à l’étranger.

2nd Cycle

Le second cycle correspond à l’externat et se compose de 3 années : La DFASM1 (Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales 1 (ou 4ème année), la DFASM2 (ou 5ème année) et la DFASM3 (ou 6ème année). L’externe, ou étudiant hospitalier, partage alors son temps entre l’hôpital à mi-temps, où il effectue des stages et des gardes, et l’apprentissage de modules par spécialité. Ces modules correspondent à des référentiels nationaux qui offrent un programme commun entre toutes les filières de France pour l’ensemble du 2ème cycle.

A Grenoble, cette période s’organise en 5 pôles, effectués chacun durant un semestre entre le milieu de la 3ème année et la fin de la 5ème année. La 6ème année est partagé entre les stages et la révision de l’ensemble des pôles. Chaque pôle correspond à une partie du programme et des stages en regard des matières étudiées. Les étudiants sont alors mélangés entre promotions, les 5 pôles sont donc effectués dans des ordres différents suivant les étudiants.

Ce cycle est principalement centrée sur la préparation d’un deuxième concours : les ECNi (Epreuves Classantes Nationales informatisées). Ce concours national permet de choisir la spécialité et la ville dans laquelle on souhaite effectuer son internat.

C’est aussi pendant l’externat (durant la 4ème année) qu’il est possible de partir un semestre en mobilité internationale pour étudier un semestre à l’étranger (Erasmus).

Ce 2nd cycle est actuellement en réforme, avec pour objectif de mettre un nouveau système place dés la rentrée 2019. A l’heure actuelle, les ECNi permettent un contrôle des connaissances uniquement et ne sont composés que de QCM. Ce concours entraîne de nombreux problèmes psycho-sociaux, suite à la lourde pression du concours. De plus, il ne permet pas de valoriser le parcours personnel de chacun ni les compétences acquises au cours des années de stage.

Un nouveau 2nd cycle est donc en train de se mettre en place :

L’évaluation se ferait grâce à un trépied :

– 40-60 % de connaissances évaluées en fin de 5ème année par des QCM

– 30-40 % de compétences évaluées en fin de 6ème année évaluées par des mises en situation professionnelles qui évaluent connaissances, gestes techniques, démarche de réflexion et compétences psychosociales.

– 10-20 % sur le parcours personnel et le projet professionnel (double cursus, mobilités nationales et internationales, engagements divers, … tout ces critères font encore l’objet de nombreux débats)

La 6ème année serait dédié aux stages principalement, débarrassée de la pression de l’évaluation des connaissances, avec un statut de super-externe qui permettrait de mieux comprendre et appréhender le rôle de l’interne et aider dans le choix d’une spécialité.

A la fin de la sixième année, ce trépied donne lieu à une procédure de matching, qui prend en compte l’ensemble de ces éléments et donne un classement par filière. L’étudiant peut alors choisir la spécialité et la ville dans lequel il souhaite faire son externat.

La réforme prévoit aussi de passer l’ensemble des stages en temps plein, ce qui n’est pas le cas à Grenoble ou les étudiants sont en stage le matin et étudient l’après-midi.

3ème Cycle

Le 3ème cycle (TCEM ou Troisième Cycle des Etudes Médicales) est celui de l’internat. Sa longueur varie d’une spécialité à l’autre, entre 3 et 6 ans principalement. Il fait suite, à l’issu des ECNi, au choix d’une spécialité et d’une ville parmi :

Diplômes d’études spécialisées des disciplines chirurgicales :

  • Chirurgie orale/chirurgie maxillo-faciale (co-DES)
  • Chirurgie orthopédique et traumatologique
  • Chirurgie pédiatrique
  • Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique
  • Chirurgie thoracique et cardiovasculaire
  • Chirurgie vasculaire ; Chirurgie viscérale et digestive
  • Gynécologie obstétrique
  • Neurochirurgie
  • Ophtalmologie
  • Oto-rhino-laryngologie – chirurgie cervico-faciale
  • Urologie.

Diplômes d’études spécialisées des disciplines médicales :

  • Anatomie et cytologie pathologiques
  • Anesthésie-réanimation/médecine intensive-réanimation (co-DES)
  • Dermatologie et vénéréologie
  • Endocrinologie-diabétologie-nutrition
  • Génétique médicale
  • Gériatrie
  • Gynécologie médicale
  • Hématologie
  • Hépato-gastro-entérologie
  • Médecine cardiovasculaire/médecine vasculaire (co-DES)
  • Médecine générale
  • Médecine interne/maladies infectieuses et tropicales (co-DES)
  • Médecine légale et expertises médicales
  • Médecine nucléaire
  • Médecine physique et de réadaptation
  • Médecine du travail
  • Médecine d’urgence
  • Néphrologie
  • Neurologie
  • Oncologie
  • Pédiatrie
  • Pneumologie
  • Psychiatrie
  • Radiologie et imagerie médicale
  • Rhumatologie
  • Santé publique.

Diplôme d’études spécialisées des disciplines biologiques :

  • Biologie médicale.

L’internat est lui aussi composé de 3 phases :

– Phase socle :

  • Découverte du rôle de l’interne : mise en situation progressive et résolution de cas cliniques relativement stéréotypés. Elle dure généralement 1 an et contient un stage dans la spécialité choisie → Possibilité d’exercer un droit de remord (possibilité offerte une fois dans le parcours et sous condition que son classement de 6ème année le permette).
  • Mise en place d’un portfolio, qui est un dossier personnel dans lequel les acquis de formation et les acquis de l’expérience d’une personne sont définis et démontrés en vue d’une reconnaissance par un établissement d’enseignement ou un employeur.

– Phase d’approfondissement :

Formation de l’interne au travers de plusieurs lieux de stage ayant une grande diversité sémiologique, pathologique ainsi que relationnelle, permettent à l’interne d’être confronté à de très nombreux cas différents tout en restant dans un cadre sécurisant.

Cette phase dure de 2 à 3 ans et se déroule majoritairement en dehors du CHU (Centre Hospitalier, établissements de santé privés d’intérêt collectif, Centres de lutte contre le cancer, etc…)

Pour les spécialités dont la durée de formation est de trois ans, donc la médecine générale seulement, la thèse commence à cette phase et se termine peu après la fin de la formation.

– Phase de consolidation :

Elle permet de sélectionner les terrains de stage où l’interne peut pousser son mode d’exercice et se former dans des environnements plus spécialisés. On est alors dans une « autonomie supervisée », c’est à dire celui de l’exercice autonome de l’interne de dernière phase mais systématiquement avec un senior pouvant intervenir ou l’aider s’il en exprime le besoin ou s’il se trouve en difficulté.

Elle dure 1 ou 2 ans suivant les spécialités choisies.

Pour être médecin,il fait ensuite valider son DEDM (Diplôme d’État de Docteur en Médecine)

– Validation de la phase d’approfondissement obtenue par la soutenance de la thèse

L’étudiant ayant son DEDM devient donc « assistant spécialiste – étudiant en troisième cycle des études médicales »

La validation du DES s’obtient alors par le fait d’avoir achevé dans son intégralité la maquette de formation du DES d’inscription.

Possibilité d’exercice :

Les médecins ont ensuite la possibilité d’exercer dans de nombreuses structures, les possibilités vont varier en fonction de la spécialité choisie :

– Hôpital de ville ou de proximité

– Centre de rééducation et soins de suite

– Libéral

– Structures sociales et médico-sociales

– Maisons médicales

– Associations

– Humanitaire et missions en France ou à l’étranger

– Structures de recherche

– etc…