Une prépa en PACES (médecine, pharmacie…) à Grenoble, inutile ?

Sont-elles vraiment gage de réussite ? Les modalités pédagogiques proposées en PACES à Grenoble suffisent-elles ? Afin que vous puissiez vous faire votre propre avis, voici quelques éléments de réponse.

Avant de nous arrêter sur les prépas, quelques rappels sur le « système Grenoblois »

Ce qui fait la particularité de la faculté de Grenoble , c’est son DVD.
Celui-ci permet à tous les étudiants d’avoir la même base pour le concours.

organisation

Mis en place depuis de nombreuses années (2006), il a été perfectionné; celui-ci est suffisamment bien construit et clair pour qu’il ne soit pas nécessaire d’investir dans des manuels..
Seules les notions du DVD sont exigibles :
Utiliser des livres de QCMs achetés en librairie est inutile (voire néfaste… car perte de temps) chaque fac ayant son propre programme.
Toutefois, le « Netter » ( ouvrage d’anatomie) est empruntable à la BU, et est conseillé pour s’entrainer sur d’autres schémas que ceux du DVD.

Si les cours sont dispensés sur DVD, cela n’empêche en rien le contact étudiants-enseignants.
Chaque semaine(4h), des SEPIS(Séance d’Enseignement Présentiel Interactif) par groupe de 200 sont proposés, pendant lesquels les professeurs répondent aux questions qui leur ont été soumises.
De plus, pour certains cours, des séances de TDs sont organisées.
De fait, il serait faux de penser que vous serez ésseulé en cas d’incompréhension… au contraire un temps est spécialement dédié à cela.

Pour terminer, et c’est la pierre angulaire de la PACES à Grenoble : Le tutorat.(groupe de 30, favorisant les échanges et rencontres, ce n’est pas évident de prendre la parole dans un amphi de 200…)
2 fois par semaine, vous pourrez mettre en pratique vos connaissances, poser des questions aux tuteurs et enseignants , et enfin être classés.
Pour vous montrer combien ces tutorats sont essentiels :

tuto

 

Et les Prépas, alors ?

 

♦ Un premier constat, elles sont chères. Nous ne nous attarderons pas sur ce point.

 

♦ Leur grand point fort était d’être les seuls à proposer des cours rédigés. Un étudiant qui n’avait pas de prépa devait écouter et retranscrire (ou demandait à ses parents de s’en charger ! Pas bête !) le DVD…

Si vous envisagez de prendre une prépa uniquement pour des polycopiés rédigés, passez votre chemin.

En effet depuis quelques années, la Faculté autorise l’AESG (Association loi 1901, à but non lucratif) de vendre des polycopiés se rapportant aux cours. Nous proposons :
– Les cours rédigés (tous ! 1700 pages par semestre de délices !) : tout y est intégré : Ils comportent les illustrations du DVD et l’intégralité des commentaires oraux.
– Les diapositives : C’est le DVD sans l’oral … Pour certains cours les professeurs commentent beaucoup,(mathématiques, physique ou chimie…) il est donc plus pratique d’ajouter quelques annotations, les diapositives étant suffisantes et l’oral un peu indigeste. Vous avez donc le choix.

Les retours que nous en avons sont très bons (96% de satisfaction, sur 176 réponses , sondage de novembre 2013) et près d’1/3 de nos adhérents qui les achètent proviennent de prépa…
Ceux-ci sont disponibles dès la rentrée (sous réserve de les avoir commandés lors des chaines d’inscription fin aout) .

 

♦ Les prépas proposent également des séances dentrainements , comme le tutorat de la fac, à ceci près que ce sont des étudiants ou des enseignants extérieurs à la faculté qui les rédigent.

Les questions du tutorat de la faculté sont élaborées (à l’exception de l’anatomie, où ce sont les tuteurs mais sous contrôle des profs) par les enseignants qui poseront les questions du concours. Elles sont donc davantage représentatives.

De plus la faculté vous donne la possibilité d’être classé sur l’ensemble de la promotion…

Si vous souhaitez vous entrainer encore plus, les anciens tutorats sont accessibles en ligne sur l’espace  réservé aux étudiants sur le site med@tice. Enfin, l’AESG vend les annales (depuis 2008) corrigées du concours .
Ainsi, là encore, le tutorats de la faculté ainsi que les annales nous semblent plus représentatifs et sont suffisants.

Ainsi concernant les supports papiers, et les entrainements, nous ne sommes que peu convaincus de l’utilité des prépas.
Davantage d’infos sur les polys/annales et les tarifs dans « Nos services »

 

♦ Bien que le programme du DVD soit structuré : vous savez ce que vous avez à étudier chaque semaine, vous devrez travailler de façon autonome : seul ou en groupe ; chez vous, à la BU…

Les SEPIs et les tutorats de la faculté ponctueront votre semaine, toutefois reconnaissons que s’inscrire dans une prépa apportera de nouvelles opportunités de rencontres, ce qui peut être un élément appréciable pour ceux qui auraient peur d’être un peu seul.
Si au lycée vous aviez des difficultés à vous mettre au travail, une prépa pourra être un coup de pouce.
Toutefois vous déplacer, participer aux QCM de prépa… est chronophage ; Attention à ne pas vous laisser dépasser par les évènements !

 

♦ Lorsque des étudiants viennent dans vos lycées, participent à des stands de prépas au cours de salons étudiants, ou profitent des journées du lycéens ou de la rentrée pour venter les mérites des prépas, ils sont le plus souvent payés pour le faire… Sont-ils si honnêtes dans leurs propos?
Pour obtenir des avis aussi divers que subjectifs mais néanmoins honnêtes , nous vous invitons à venir sur le campus en dehors de ces événements et recueillir par vous même les témoignages des étudiants d’années supérieures.
On trouve également de nombreux témoignages sur le site reussirmapaces qui pourraient répondre à vos questions sur les prépas, vécu en PACES, méthodes de travail…

 

♦ Un point sur les pourcentages de réussite avancées par les prépas. Renseignez-vous sur la façon dont ces statistiques ont été construites.

Celles-ci tiennent souvent compte des l’ensemble des filières Médecine, Pharmacie, Maïeutique, Odontologie, Kinésithérapie et intègrent dans leurs étudiants ayant réussis ceux qui préfèrent redoubler (car admis dans une filière mais en préférant une autre). En revanche elles ne tiennent rarement/pas compte de ceux qui ont abandonné en cours d’année “n’ayant pas suivi entièrement leur accompagnement”….
Voici les statistiques sur l’ensemble de la promotion basées sur celles publiées sur le site de la faculté :
pourcentage bidouillé* Le rang du dernier admis est différent du Numerus Clausus. En effet un étudiant peut s’inscrire à plusieurs filières en même temps.En cas d’admission définitive dans l’une d’elles, il libère une place dans les filières qu’il ne choisira pas, augmentant le rang du dernier admis. Le même raisonnement s’applique pour ceux qui préfèrent redoubler plutôt que de choisir une filière qui n’était pas leur premier choix.
** Le nombre d’inscrits en PACES en septembre est d’environ 1600 par an. Cependant compte tenu des réorientations en cours d’année, du fait que les étudiants ne sont pas obligés de s’inscrire à tous les concours, et des absents à certaines épreuves (Entraînant leur exclusion de la filière considérée)…le nombre de présents  par filière est largement diminué.

En calculant “le pourcentage de réussite” pour chaque filière de cette façon , on obtient des statistiques largement plus favorables… Et que dire si on l’on avançait un pourcentage toutes filières confondues, alors que l’on est intéressé éventuellement que par la filière médecine, comme le font si souvent les prépas !?! Définitivement, leurs statistiques ne veulent rien dire.

 

Voila pour ce tour d’horizon concernant les prépas.
« Ne tardez-pas à vous inscrire, le nombre de place est limité » Ceci prête à sourire quand on sait que les prépas profitent des journées de rentrée -pourtant en septembre- pour se déployer à proximité de la fac et espérer augmenter encore leurs effectifs !
Ainsi si vous envisagez de vous y inscrire, rien ne presse, il y’a toujours de la place !
Prenez le temps de vous faire votre propre avis, mûrir votre réflexion sur ce qu’elles pourraient réellement vous apporter, ou pas.